Föllmis' Destiny : La réalisatrice - ses liens avec l'himalaya

année 2007

2007

  • Acheminement des vélos Lapierre pour « Himalayan Bikers »
  • Premiers tests de circuits pour « Himalayan Bikers »
  • Tournage d’un film d’information sur le Ladakh (culture et environnement) à destination des touristes
  • Décision de la création d’une association locale avec des amis locaux pour lutter contre les méfaits environnementaux du tourisme.

inauguration-VTT-Himalayan-Bikers-web

 

2007. Christophe et moi avons investi l’argent des prix que nous avons gagnés pour notre 1er projet, (« 30 Méga octets de longitude Est » , qui a débouché sur le film : « Tibet, l’autre versant »), dans l’achat de vélos de qualité pour démarrer l’activité d’ «Himalayan Bikers ». Nous acheminons les premiers VTT en « bagage accompagné » et ils reçoivent les honneurs d’un accueil en terre bouddhiste : Katakh (écharpes de soie blanche) et encens bénis par le Dalaï Lama déposé dans le tube de la fourche ! Ces vélos là sont prêts à affronter les hauts plateaux d’altitude et nous aussi !


Ktop-Himalayan-bikers-web

 

Symboliquement, les vélos sont acheminés vers le col carrossable le plus haut au monde (kardong La : 5600m) et sont baptisés par une descente mythique de près de 2000 m de dénivelé sur une quarantaine de kilomètres.


monasteries-road-Himalayan-bikers-web

 

Tinley, un ami tibétain, futur «Himalayan Bikers» à Dharamsala, et moi iront tester la route des monastères du haut indus !


affiche-save-water-4language-web

Mais un autre sujet m’intéresse depuis ce fameux clean-up en 2005 et nos premières discussions avec Namgyal sur ce sujet  : l’environnement ! Après avoir fait un film à destination des personnels de tourisme, il m’en faut faire un pour les touristes eux-mêmes. Leur faire comprendre la rareté des ressources et en particulier celle de l’eau que l’on croit, à tort, couler en abondance, leur expliquer que les sanitaires à l’occidentale ne sont qu’un leurre, que le tout à l’égout n’existe évidemment pas et que persévérer à vivre là comme on vit chez nous est une grave source de déséquilibre…

puce-triangle